Mon histoire.

Hello les beautés ! 

Si vous avez lu mon dernier article (évidemment que vous l’avez lu quelle question 😉 Si ça n’est pas fait vous pouvez toujours le retrouver par ici !) vous savez que je vous prépare quelques mois de défis, de challenge ! Qui vous seront utiles à vous, tout comme à moi !

Mais avant de me lancer dans l’aventure (avec vous je l’espère !) j’avais envie de partager un petit bout de mon histoire pour que vous puissiez en savoir plus sur moi et sur mon envie, mon besoin même je dirais, de vous aider à vous sentir bien dans vos baskets sans régime ! 

J’ai toujours été ronde. Enfant je mangeais ce qui me plaisait, quand il me plaisait (enfin surtout quand maman ne me surveillait pas !). Je n’avais pas de complexe. Bonnes cuisses, bonnes joues toutes roses, joli bidou en avant, spontanée et rieuse. “Elle se porte bien dis donc” : c’était tout moi !

4392041585_f20c2a1534_o.jpg
La douceur de l’enfance et ses gourmandes.               Crédit photo : Abel G.

 

Les années ont avancées et je me sentais de moins en moins à l’aise avec mon corps. Avec ce corps. Comme si nous étions devenu deux étrangers. Alors une lutte incessante s’est mise en place. Une lutte qui m’a menée aux enfers !

L’enfer des régimes.

Frustrations, “traquage” de la moindre calories, compulsions alimentaires, restrictions, échecs, les luttes entre ce que mon corps me réclamait et ce que ma tête m’imposait. Je ne savais plus où donner de la tête. Ma vie était régit autour de mon poids, de ma nourriture. “Qu’est-ce que je vais manger ce soir ?”, “Comment éliminer ce que j’ai avalé ce midi ?”, “P*** je n’ai fais que 1h de sport aujourd’hui, ça n’est pas comme ça que je vais éliminer toute cette graisse.”  Impossible de regarder un film, impossible de lire un libre, ou ne serait-ce qu’un article de magazine. J’étais contaminée, infectée, attaquée, pourri de l’intérieur par cette gangrène qui me rongeait jusqu’aux os. Jusqu’à la moelle. Jusqu’au coeur de mon esprit. De mon âme. De celle que j’étais qui avait disparue.

IMG_5980 - copie.jpg

 

Graisse, sale, grosse, moche, ignoble, dégueulasse, horrible, énorme, détestable, hors-norme, affreuse, laide, cellulite, gros ventre, pitoyable, embonpoint, cuisses qui se touchent, insignifiante, honte, échec, incapable. Insurmontable.

Voilà toutes ces belles paroles dont je me suis nourri pendant des années durant. L’estime et la confiance en soi en prennent un sacré coup. On est d’accord !

15180703374_f155958f69_o.jpg
La fête était finie, l’euphorie disparue. Je m’étais juste perdue.  Crédit Photo : Pascal Rotzetter

Voilà ce que j’étais devenue au fil des mois, au fil des années. Insignifiante. Je n’étais plus rien. L’ombre de moi-même. Les kilos c’étaient envolés. J’aurais dû être heureuse ! Mais non. Je ne l’étais toujours pas. J’avais juste détraquée la machine. Enrayé le système. Bousillé l’unité centrale. Et celle que j’étais ? Envolée. Assassinée. Les rires ont été remplacés par les pleurs. Je me cachais. Je me terrais dans mon trou telle une bête traquée et apeurée.

Poursuivie par quoi, par qui ? Par cette vie, ce contrôle que j’exerçais sans relâche sur moi m’épuisait totalement. Me relever la nuit pour refaire un nième calcul de ce que j’avais mangé la veille. Anticiper le moindre écart possible. FAire taire la faim qui me tiraillait le ventre. Organiser les mensonges les plus improbables pour ne pas avoir à accepter une sortie, une invitation.

Alors j’ai continué à me m’enterrer dans petit trou, le plus petit possible pour qu’on puisse bien m’oublier comme il faut. Et puis un jour ce déclic. Ce je ne sais quoi qui m’a fait comprendre que je perdais mon temps. Que je passais littéralement à côté de ma vie. Que je n’étais plus que l’ombre de moi-même, que je ne me reconnaissais plus. Où était passé cette enfant si joyeuse, si heureuse de vivre, si gourmande et si bien dans sa peau ? Et tout ça pour quoi ? Des kilos superflus ? Le jeu en vaut-il vraiment la chandelle ??

Ma soif de vie, ma recherche de ce bonheur perdu et cette envie irrépressible de m’en sortir ont été les plus forts. Certes il m’aura fallu du temps. Du temps pour comprendre. Pour comprendre que je devais cesser d’avoir peur de la nourriture. Cesser d’avoir peur de mon corps. Cesser d’avoir peur de moi. Du temps pour me faire à nouveau confiance. Et me laisser aller à la vie.

J’ai laissé parler mon corps, je l’ai écouté, je lui ai fais confiance. Nous nous sommes testé. J’ai parfois eu peur. Et puis petit à petit j’ai lâché ce contrôle permanent, pesant et insoutenable que je m’imposais au quotidien.

J’ai remangé normalement. En m’écoutant : ma faim, ma satiété. De tout : fini les privations à n’en plus finir. J’ai laissé loin derrière moi cet enfer des régimes. Cet enfer que l’on vend comme le “truc” miracle à tous nos tracas. “Perdez 3 kilos et retrouvez le sourire” : croyez-vous que se sont vraiment vos 3 kilos en plus qui vous ôtent le sourire ? Et c’est en arrêtant toute cette merde que j’ai enfin stabilisé mon poids. Fini le yoyo, fini l’auto-sabotage, fini le lynchage permanent. J’ai laissé cet horrible purgatoire derrière moi.

Maintenant j’en suis plus que persuadée, plus que convaincue que les régimes ne servent à rien. Qu’ils font plus de mal qu’autre chose. Passer l’euphorie des premiers kilos envolés ils détruisent cette belle machine qu’est votre corps. Ils vous font perdre vos moyens, votre confiance en vous. Tout ce qui était naturel doit être reconstruit, réparé, pansé. Cela prend du temps. Je l’admets. Mais ça n’est pas impossible.

Entre ne pas ressembler à un mannequin de chez Vicroria Secret’s et être juste moi. J’ai choisi.

Entre être au régime, en lutte permanente et suivre mon instinct. J’ai également choisi.

Ce démon, ce désastre que sont les régimes ont bien failli me détruire. M’anéantir. C’est pourquoi aujourd’hui j’ai envie de crier sur tous les toits que les régimes sont inutiles, néfastes, destructeurs, mortels pour certaines. Non je n’ai pas peur de mots.

Je ne suis pas nutritionniste, je ne suis pas diététicienne, je ne suis pas médecin. Si vous souffrez de troubles graves du comportement alimentaires je vous encourage vivement à consulter un médecin qui saura vous aider et vous orienter dans votre guérison. Moi je ne suis que moi, avec mon expérience et mon histoire. Je n’ai pas la prétention de tout savoir, de tout connaître. Mais je sais qu’un régime, si innocent paraisse-t-il,  ça peut faire des ravages. Si je pouvais aider certaines d’entre vous à retrouver le sourire et à abandonner les régimes pour enfin enterrer la hache de guerre contre vous : j’aurai déjà tellement gagné !

Arrêtez les régimes,

maigrissez enfin ! 

 

mlg_Fotor
Marie-Lys Guérin

Rendez-vous le 1er août pour mon 1er défi, j’ai hâte de vous y retrouver ! 

partager–> Si cet article vous parle, s’il fait écho en vous je vous invite à me suivre sur ma Page Facebook mais également sur ce blog en vous inscrivant à ma Newsletter pour ne manquer aucun de mes articles 😉

Rendez-vous sur Hellocoton !